©PNUD Mali

 

Djenné, le 03 décembre 2021 – Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), ONU Femmes et la MINUSMA (SAJP, DAC, UNPOL, DDHP) remettent officiellement aux Ministères de la Sécurité et de la Protection Civile, et à celui de la Justice et des Droits de l’Homme, respectivement, le Commissariat de Police et le Tribunal d’Instance réalisés dans le cadre du Programme d’appui à la Stabilisation du Mali à travers le renforcement de l’État de droit (PROSMED) 2020-2025.

Le PROSMED, faut-il le rappeler, s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de l’axe 1 du Cadre Stratégique pour la Relance Économique et le Développement Durable du Mali (CREDD 2019-23) et des effets des axes 1 et 2 du Cadre de Coopération des Nations Unies pour le Développement Durable au Mali (UNSDCF 2020-24). L’objectif du programme est de contribuer à ce que les populations soient moins vulnérables aux dynamiques de conflits et vivent dans un environnement plus favorable à une paix durable et à un développement inclusif.

Ce programme prévoit notamment, un renforcement des infrastructures de paix inclusives afin de permettre aux populations de prévenir et gérer leurs conflits dans l’attente du retour des services de sécurité et de justice. Il accompagne en parallèle, le redéploiement effectif des acteurs de sécurité et de justice dans les localités concernées. Le programme contribue également au rétablissement de la confiance des populations vis-à-vis de ces pouvoirs publics, en améliorant leur efficacité et redevabilité. Enfin, il prévoit de renforcer les efforts des autorités étatiques et de la société civile en matière de prévention et de lutte contre la corruption et l’extrémisme violent. Le programme intègre également, de manière transversale, les approches genre et jeunesse afin de répondre aux inégalités et aux besoins et priorités de ces couches importantes de la société.

 

Le cout des travaux et des équipements

Les deux infrastructures, financées principalement par le Royaume des Pays-Bas et celui du Danemark, ont coûté 360 103 770 FCFA, dont 183 966 457 FCFA pour Commissariat, 122 496 063 FCFA pour le Tribunal d’Instance et le logement du procureur et 53 641 250 FCFA pour l’ensemble des équipements ainsi que pour des travaux de sécurisation au camp de la Brigade Territoriale de la gendarmerie et à la Maison d’Arrêt et de Correction de Djenné.

Le montant alloué aux achats des équipements du nouveau tribunal d’instance de Djenné, au titre du financement QIP, s’élève à 20 150 000 FCFA.

Les équipements du nouveau commissariat au titre du même financement ont coûté 23 770 000 FCFA.

 

Lancement du Programme d’appui à la stabilisation du Mali à travers le renforcement de l’État de droit(PROSMED)

Le programme qui s’étale sur une période de cinq ans (2020-2025) intervient, actuellement, dans 18 cercles dans les régions de Mopti, Bandiagara, Douentza, Ségou, San, Gao, Ménaka, Nara et Sikasso. Viendront s’ajouter trois cercles dans les régions de Kayes et Nioro.

Le PROSMED est mis en œuvre conjointement par le PNUD, ONU Femmes et la MINUSMA et bénéficie de l’appui technique et financier du Royaume des Pays-Bas, du Royaume du Danemark, du Royaume-Uni, du Fonds de la Consolidation de la Paix, du Trust Fund de la MINUSMA, de l’Union européenne et de la République Tchèque à hauteur de 21,459,011 dollars américains mobilisés sur un budget estimatif de 32,000,000.

Quatre (04) résultats sont attendus du programme :

Résultat 1 : Les populations bénéficient d’infrastructures de paix et de mécanismes de prévention et gestion des conflits efficaces, inclusifs et accessibles à toutes et tous

Résultat 2 : Les populations, notamment les femmes et les filles survivantes de violences basées sur le genre, retrouvent la confiance et ont un accès effectif à des services de sécurité, justice et des institutions des droits de l'homme plus représentatifs, efficaces, redevables et transparents

Résultat 3 : La corruption au sein des services publics, et en particulier ceux de la sécurité et de la justice, est diminuée grâce aux efforts de prévention et de répression et au renforcement du contrôle citoyen des populations

Résultat 4 : Les communautés sont plus résilientes face aux discours en lien avec la radicalisation et l’extrémisme violent.

 

Contacts :

Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD)

Maison des Nations Unies, Badalabougou, Bamako, Mali.

Adam Maiga, Chargée de communication, adam.maiga@undp.org, (+223) 75 99 52 63

Filippo Di-Carpegna, Conseiller en État de Droit ; filippo.di-carpegna@undp.org, (+223) 92 76 84 63

 

Mission Multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la Stabilité au Mali (MINUSMA)

MINUSMA MHQ

L’ancienne Route de l’Aéroport entre le rondpoint de l’ONAP sur la RN7 et le Blvd CEDEAO, B.P.E. 2616 Bamako, MALI  

Yaborko Nadege Douyon, Public Information Officer, douyon@un.org, (+223) 79 21 79 91

Nasser Zakr, Team leader Section affaires judiciaires et pénitentiaires, zakr@un.org, (+223) 94 95 13 98

 

ONU Femmes

Sadio Kanté, Chargée de Plaidoyer, Mobilisation de Ressources et Communication à ONU Femmes Mali, sadio.kante@unwomen.org

Icon of SDG 16

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Mali 
Aller à PNUD Global