Viande dans un abattoir de Bamako

Le 16 avril à Bamako, dans le cadre de la préparation de la table ronde sur le programme de développement à l’exportation de la viande, le Gouvernement du Mali a organisé une réunion d’échange avec les acteurs du secteur privé avec l’appui du Système des Nations Unies.

Cette rencontre entre dans le cadre de la démarche de mobilisation de ressources pour le financement complémentaire nécessaire à la mise en œuvre des activités du Provedim initié par le Ministère du Commerce et de la Concurrence, le Ministre de l’Élevage de la Pêche, et celui du Développement Industriel et de la Promotion des Investissements avec l’accompagnement technique et financier du PNUD et de L'Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI).

La formulation de ce programme a fait l’objet d’un processus participatif avec l’ensemble des acteurs avant son adoption, par une communication écrite, en Conseil des Ministres, le 5 octobre 2018.

Dans son intervention, La Représentante spéciale adjointe du Secrétaire général des Nations Unies, Coordinatrice résidente du Système des Nations Unies, Mbaranga Gasarabwé a assuré les opérateurs économiques du soutien des partenaires du Mali en général et des Nations Unies en particulier.

« Les Partenaires du Mali en général et les Nations Unies en particulier sont sensibles aux nombreuses plaintes des Opérateurs économiques sur la non-consommation de la viande produite localement alors que le Mali est le premier pays d’élevage de la zone UEMOA et le second de l’Afrique de l’Ouest après le Nigéria

La démarche du PRODEVIM est essentiellement de développer des synergies entre les acteurs du sous-secteur de l’élevage et de la viande avec les programmes et projets en cours. »

Pour la représentante de l’ONUDI au Mali, Mme Haby Sow Traore la certification qui atteste la qualité de la viande est cruciale.  Le programme, disait-elle, va forcément aider à la création des micro-entreprises pour la transformation des sous-produits., une bonne partie du Programme contient aussi le volet formation. Elle a conclu que la création des abattoirs, qui doivent évoluer dans un système des zones franches, permettra de promouvoir et d’encourager l’exportation Malienne.

Les participants ont appelé à la création d’abattoirs modernes au Nord et au Centre du Mali. Il a aussi été demandé la création d’unités de production d’aliments destinés au bétail, le développement de l’embouche bovin.  La cellule d’appui au PRODEVIM travaillera avec le secteur privé dans le cadre du recensement d’initiatives en cours qui nécessitent la mise en place d’un cadre de partenariat et la mobilisation de financements en prélude à la table ronde des bailleurs de fonds prévue au cours du mois de juin.

La rencontre a été clôturée par l’intervention du Ministre du développement industriel et la promotion des investissements Moulaye Ahmed Boubacar qui croit fortement au partenariat public privé (PPP) qui a insisté sur l’importance du respect, normes internationales et l’appropriation du projet de création des abattoirs par le secteur privé.

 

 

 

 

 

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Mali 
Aller à PNUD Global