@PNUD MALI / Photo : Adam Maiga

 

Créé en juin 2019, le Cadre Politique de Gestion de la Crise au Centre du Mali a été mis en place dans l’objectif d’apaiser climat social et ramener la sécurité dans les régions du Centre. Après la mise en place  du comité régional de Mopti en octobre 2019, la région de  Ségou vient de procéder au lancement de son comité régional au cours d’une rencontre qui s’est tenue au Gouvernorat le 29 juin 2020.

 

Le cadre politique de Gestion de la Crise dans le Centre du Mali a pour objectif d’assurer la coordination aux niveaux stratégique et politique de l’ensemble des efforts de stabilisation du centre. Il suit l’évolution de la situation sécuritaire et humanitaire, jauge les indicateurs de stabilité pour en déduire la dynamique d’ensemble et le chemin parcouru. Il émet des orientations pour la suite de l’action de l’État.

La rencontre de Ségou a été présidé par le Chef de Cabinet du Gouvernorat, Siné Dembélé en présence de l’Ambassadeur Boubacar Gaoussou Diarra, Secrétaire Permanant du Cadre Politique de Gestion de la Crise au Centre.

 

Prenant la parole, le chef du bureau du PNUD à Mopti, Henri Mashagiro a réitéré l’engagement du PNUD à soutenir les efforts de paix et cohésion sociale au Mali :

« Le comité régional de Ségou est une opportunité de réunir les principaux acteurs étatiques et partenaires afin d’apporter des réponses communes et complémentaires pour soutenir le Gouvernement notamment à rendre opérationnel le Nexus  humanitaire- Paix- développement  et de répondre non seulement aux besoins immédiats des populations du Mali mais surtout de réduire les risques et vulnérabilités sur un horizon pluriannuel. 

C’est ce qui explique la présence dans cette salle des partenaires humanitaires, les acteurs de développement et la Minusma. »

Cette initiative appuyée par les Nations Unies à travers le fonds de consolidation de la paix vise à renforcer la coordination de l’action gouvernementale dans la résolution de la crise au Centre. »

La région de Ségou est confrontée à une dégradation de la situation sécuritaire et humanitaire, elle fait face à un afflux de déplacés internes suite aux conflits dans la région de Mopti. Le nombre de déplacés est passé de 15201 en mai 2019 à 24000 en mai 2020. 102 205 personnes font face à une insécurité alimentaire en cette période de soudure, un chiffre qui pourrait augmenter au cours des mois prochains. 

 

61 écoles restent fermées du fait de l’insécurité dans les centres d’apprentissage de Niono, Ségou, Macina et Markala privant plus de 18000 enfants de l’accès à l’éducation. 

« Les causes profondes de la crise humanitaire dans la région de Ségou sont essentiellement de nature sécuritaire, politique, de gouvernance…L’action humanitaire réponse aux besoins des segments de la population les plus vulnérables mais telle qu’elle ne peut pas offrir une solution aux causes profondes de la crise. Une telle solution demande une action holistique, une approche multidimensionnelle pouvant être suivie par le comité régional qui vient d’être lancé » a dit le Coordonnateur humanitaire adjoint Johannes Van der Klaauw.

 

Face à l’ampleur des tâches, l’opérationnalisation du comité est urgente . 

« il est attendu que le Comité Régional, se mette à la tâche, pour soumettre, autant que faire se peut, son plan d’action au Secrétariat Permanent afin de rechercher les financements nécessaires à la mise en œuvre des projets au bénéfice des populations de la région de Ségou. » a souligné l’Ambassadeur Diarra.

Plusieurs Représentant-e-s de structures de l’État malien et partenaires dont la Minusma, les préfets et sous-préfets de la région  et des cercles de Ségou ont participé à cette rencontre.

Vidéo ORTM : https://www.youtube.com/watch?v=NN4Tr6IOt8M

Icon of SDG 16

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Mali 
Aller à PNUD Global