Les Pays-Bas accordent € 15 millions à un fonds de stabilisation

8 mars 2013

Onze millions sont consacrés à l'appui direct du secteur de l'éducation, photo: PNUD/Harandane Dicko

Le Ministre de l’Economie, des Finances et du Budget, son Excellence Tiéna Coulibaly, ainsi que l’Ambassadeur des Pays-Bas au Mali, Maarten A. Brouwer, et le Représentant résident du PNUD au Mali, Aurélien A. Agbénonci ont procédé à la signature de la contribution des Pays-Bas au Fonds national de stabilisation économique et sociale.

Cette contribution sera ainsi repartie entre les secteurs suivants: € 4 millions pour la sécurité alimentaire (subvention aux intrants agricoles) et € 11 millions pour l’éducation (matériel didactique, matériel à l’enseignement fondamental et l’appui direct à l’amélioration de rendement scolaire).

L’Ambassadeur des Pays-Bas au Mali s’est dit fier de ce fonds: «Je suis fier parce que ce Fonds national soit le résultat d’un travail intensif entre les collaborateurs du PNUD, des Ambassades du Canada et des Pays-Bas et les collaborateurs du Ministère de l'Economie, des Finances et Budget. Le dessin du Fonds est devenu vraiment malien».

Avec cette première contribution, le montage institutionnel au Mali pourra être mis en place et j’espère que les contributions des autres coopérations intéressées (canadienne, espagnole, danoise, belge, suisse et peut-être suédoise) pourront profiter de cette expérience.»

Quant au ministre de l’Economie, des Finances et du Budget, il a remercié les partenaires qui ont contribué à la création de ce mécanisme de financement: «Je puis vous garantir que les ressources du fonds seront judicieusement utilisées notamment en faveur des couches vulnérables», a-t-il assuré.

Le Représentant résident du PNUD au Mali, Aurélien Agbénonci, a quant à lui salué l’esprit d’initiative et la rapidité avec laquelle l’initiative s’est mise en place: «Elle permettra d’appuyer directement les activités prioritaires de la transition inscrites dans le budget d’Etat qui souffrent d’un manque de ressources liées à la crise économique et financière que traverse le pays», a-t-il déclaré tout en ajoutant que «cela démontre que lorsque nous le voulons vraiment, il est possible de faire preuve d’imagination et de célérité pour mettre les outils en place».

Le Fonds national de stabilisation économique et sociale surnommé le fonds, est un mécanisme financier de transition prévu pour une durée n’excédant pas deux années. Il permettra de participer au financement de la période transitoire telle que définie par la feuille de route du Gouvernement par un appui à des activités prioritaires de stabilisation, en attendant le retour des différents appuis budgétaires. Ce fonds concentrera son action sur les effets socio-économiques immédiats de la crise.

Manuels scolaires et intrants agricoles

Sa mise en place permettra, par exemple, de faciliter l’accès des élèves et des professeurs aux manuels scolaires, de faciliter l’acquisition des intrants agricoles par les paysans, de construire, d’entretenir et d’équiper des centres de santé et assurer la disponibilité du personnel de soins, de faciliter l’accès à l’eau potable aux populations, d’appuyer pour les partenaires qui le souhaitent, le volet pour la réhabilitation et de soutenir des dépenses opérationnelles des élections.

Ce fonds a pour ambition d’être une structure flexible, à décaissement rapide, avec des procédures simplifiées et selon une configuration à géométrie variable capable de répondre à l’urgence de la situation et à même de satisfaire les besoins immédiats du Gouvernement malien et les conditions d’engagement des Partenaires Techniques et Financiers (PTF).

Contact pour la presse

Adam Maiga Ouattara
Chargée de Communication
Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD)
Immeuble Alou Diarra, ACI 2000
Boîte postale 120 Bamako, Mali
adam.maiga@undp.org
Tél:  +223 44980320
Fax: +223 44980390

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Mali 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe