Quinzaine de l’Environnement au Mali : Le PNUD fait un plaidoyer pour la préservation de biodiversité

13 juin 2016

 
Le Directeur Pays du PNUD, Boubou Dramane Camara accompagné de l’équipe du projet « Extension et renforcement du système des aires protégées au Mali », ‘Ersap’, s’est rendu au siège du Haut Conseil économique, social et culturel dans le cadre d’une session d’information sur ledit projet.
 
C’était sous la présidence du président du Haut conseil économique, social et culturel Dr Boukassoum Haidara en présence du chef de cabinet, représentant le ministre de l’Environnement et d’une salle comble composée des membres du conseil.
 
Le projet ERSAP financé par le PNUD et le FEM est exécuté par le Ministère de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement Durable à travers la Direction Nationale des Eaux et Forêts pour un coût total de 3millions 218mille dollars US.
 
 
Le but du projet est la conservation de la biodiversité importante au plan mondial, en contribuant plus particulièrement à la préservation de la riche biodiversité du Sud-Ouest du Mali où des mammifères en voie de disparition, comme l’élan de Derby et les chimpanzés de l’Ouest existent encore.
 
Le Président du haut conseil économique social et culturel s’est réjoui de cette initiative du PNUD. Dr Haïdara a appelé à un éveil des consciences et à un changement de comportement face aux nombreuses menaces qui pèsent sur l’Environnement , le plus souvent du fait de l’activité humaine .
 
A titre de rappel, le Conseil Economique, Social et Culturel (CESC) est l'une des 8 institutions Constitutionnelles du Mali. Il se veut un forum de Concertation et d'échange sur les questions économiques, sociales et culturelles importantes du pays. Les membres du CESC sont désignés par leurs organisations respectives (représentants des salariés du secteur public et privé, représentants des professions commerciales, bancaires, artisanales, des transports, des services de communication et de la culture,  Comités de Coordination des ONG, association...)
 
 
Au Mali, le CESC est obligatoirement consulté sur tout projet de loi des finances, tout projet de plan ou de programme, économique, social et culturel ainsi que sur toutes dispositions législatives à caractère fiscal, économique, social et culturel. Il suit l'exécution des décisions du gouvernement relatives à l'organisation économiques, social et culturelle.
 
 
Dans son mot introductif, le Directeur Pays du PNUD, Boubou Dramane Camara a rappelé l’objectif de cette rencontre tout en sollicitant l’accompagnement de l’institution hôte de l’activité :   « l’objet de cette présentation à votre institution s’inscrit dans un souci élevé de partage et d’analyse des résultats saillants du projet et de recommandations fécondes pour l’intérêt du Mali en général et de la biodiversité en particulier.
 
Par ailleurs , il s’agit de mieux faire connaitre et comprendre les expériences de gestion des aires protégées menées dans le cadre du projet, vous sensibiliser à la thématique importante de la biodiversité et des aires protégées au Mali et pouvoir ainsi bénéficier de votre écoute et de votre accompagnement …
 
Le Programme des Nations Unies pour le développement et ses partenaires sollicitent le Conseil Economique Social et Culturel pour aborder les problématiques citées au cours d’une de vos sessions . »
 
Une animation théâtrale de sensibilisation aux méfaits de l’utilisation abusive des ressources naturelles ainsi qu’une présentation du projet ont précédé une série d’interventions dans le public. Le braconnage, la multiplication des sites d’orpaillage traditionnel et semi industrie, la coupe abusive du bois, la fermeture des couloirs de migration de la faune sont entre autres menaces pour la faune et la flore dans le sud du Mali.
 
En 2015, le PNUD et le FEM dont la contribution globale au projet s’élève à un peu plus de 2 millions de dollars a procédé à la remise de motos aux agents des eaux et forêts pour permettre l’organisation de patrouilles dans les zones protégées et lutter contre le braconnage.

Actuellement le projet travaille à la mise en œuvre d’activités de conservation et protection des zones tampon et zones de transite des réserves et parcs nationaux ; la délimitation de ces zones, la lutte contre les feux de brousse, la création et l’opérationnalisation de l’Office National de gestion des Aires Protégées (ONGAP) , entre autres. Des activités génératrices de revenus des communautés sont développées avec les femmes notamment (transformation et commercialisation de produits locaux forestiers non ligneux), la promotion d’activités éco touristiques déjà pratiqués par des associations locales est également envisagée.