Huit objectifs pour 2015

Le Mali et les Objectifs du Millénaire

La crise sécuritaire et politique au Mali a des impacts négatifs sur les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), et des impacts positifs. Les premiers correspondent aux pertes d’acquis économiques et sociaux, ainsi que le manque à gagner des actions de développement à l’arrêt du fait de la crise et les seconds sont les modifications structurelles au niveau du système de mise en œuvre des OMD.

Parmi les impacts négatifs, l’augmentation de l’incidence de la pauvreté, la baisse du taux de scolarisation, du taux de fréquentation scolaire des enfants ressortissants des zones occupées avec incidence sur le niveau national, la probable augmentation de la mortalité maternelle et néonatale, la baisse du taux d’accès à l’eau potable sont les principaux impacts négatifs mis en évidence dans le rapport 2012.

Les impacts positifs, d’ordre institutionnel, sont perçus comme les effets probables sur le processus de mise en œuvre des OMD: effets sur l’ordre hiérarchique des priorités, effets sur les préalables et les délais.

Des mesures politiques et des actions spécifiques au Mali

Pour répondre à l’appel du Sommet Mondial de 2005 sur les Objectifs du Millénaire, le Mali s’est doté en octobre 2007 d’un Plan décennal pour la réalisation des Objectifs du Millénaire 2006-2015. Ce plan consacre la prise en compte officielle des OMD dans les politiques de développement économique et social du pays. Depuis, des mesures et actions ont été prises pour améliorer la gestion économique, la gestion des finances publiques afin de faire face aux dépenses très importantes que demande la mise en œuvre de ce plan:

  • la coordination des Partenaires Techniques et Financiers (PTF) se conformant à la Déclaration de Paris;
  • la conception, l’adoption et la mise en œuvre par le Gouvernement du Plan National d’Actions pour l’Efficacité de l’Aide
  • la mise en œuvre du Plan d’action gouvernemental pour l’amélioration et la modernisation de la gestion des finances publiques (PAGAM/GFP).

Accélération de l’atteinte des OMD

En 2007, le Mali a décidé que le processus d’accélération de la mise en oeuvre des OMD devait être prioritairement axé sur les 166 communes les plus vulnérables du pays, telles que ciblées par le Programme national de sécurité alimentaire du Mali (PNSA).

L’Initiative 166 communes (I 166) se caractérise par des réformes politiques et institutionnelles, ainsi que par des actions spécifiques qui contribuent à l’accélération de l’atteinte des OMD pour être au rendez-vous de 2015:

  • dans le domaine de la lutte contre la pauvreté et la faim, l'initiative riz, le plan d’accélération de l’atteinte de la cible 2 de l’OMD 1;
  • l’élaboration de politiques nationales de scolarisation des filles et de formation initiale et continue des enseignants ainsi que la création de directions opérationnelles;
  • une série d’initiatives à l’effet de réduire la mortalité maternelle et la mortalité des enfants;
  • l’élaboration du Plan National d’Accès à l’Eau Potable (PNAEP), du Plan d’Actions de Gestion Intégrée des Ressources en Eau (PAGIRE), du Programme Sectoriel Eau et Assainissement (PROSEA).

Les priorités de l'agenda post-2015

Paysanne dans son champ d'oignons près de Ségou, MaliPaysanne dans son champ d'oignons près de Ségou, Mali. Photo: PNUD/Harandane Dicko

Les consultations nationales sur l'agenda post-2015 se sont tenues de manière inclusive du mois janvier au mois de mars 2013 et ont permis de stimuler un débat ouvert avec la société civile; le secteur privé; le gouvernement et les collectivités locales; les personnes vulnérables et handicapées;  les associations féminines; et les jeunes et adolescents.

Les consultations ont recommandé une dynamique plus large du développement, comprenant la croissance et l'emploi, les objectifs de développement durable, la qualité de la prestation des services, les inégalités, les droits humains notamment l’intégration sociale et économique des groupes vulnérables et marginalisés. Le rapport provisoire suggère de porter l’échéance des Objectifs internationaux de développement à l’horizon 2030.

L’examen des évaluations précédentes des objectifs du Millénaire suggère également que la qualité des services sociaux, les inégalités, le chômage (notamment celui des jeunes), la vulnérabilité face aux chocs, la pérennité des performances économiques, sociales et environnementales et la croissance inclusive sont des thèmes récurrents, qui vont par conséquent compter dansi les priorités de l’agenda de développement pour l’après 2015.