Gestion Durable des Terres et des Eaux (GDTE) et Appui Environnemental au PAPAM

Contexte

Ce projet a été initialement conçu pour être une composante d'un programme plus large de développement intitulé « Promouvoir la Production Agricole au Mali » (PAPAM) à travers sa composante PIS/GDTE.

Les interventions du FEM, de la Banque Mondiale et du PNUD dans cette composante se complètent mutuellement et se concentrent sur la promotion de la Gestion Durable des Terres et des Eaux (GDTE), des pratiques dans les systèmes de production ciblés et sur ​​l'engagement du Ministère de l'Environnement, de l’Assainissement et du Développement Durable dans l'amélioration et le suivi de la durabilité des systèmes agricoles.

 

Le Mali a sans cesse affirmé son intention et sa volonté de s’attaquer à la dégradation des terres à travers leur gestion durable. Le présent projet appuiera les efforts destinés à intégrer une approche programmatique globale à la gestion durable des terres et des eaux (GDTE) à travers la mise en œuvre du Cadre Pays d’Investissement Stratégique (CPIS) pour la gestion durable des terres, qui vient d’être finalisé. 

Objectifs

Accroître l'utilisation des pratiques de gestion durable des terres et des eaux (GDTE) dans les systèmes de production ciblés afin d’arrêter / réduire / inverser la tendance relative à la dégradation des terres dans les agro-éco-systèmes du Mali. 

Résultats attendus



Les technologies de GDTE sont diffusées et adoptées et la disponibilité des services de conseil publics et privés au bénéfice des producteurs est accrue.

A cet effet,  le projet développera des outils de formation sur la GDTE, qu’il testera et améliorera de façon dynamique en fonction des réactions des utilisateurs. C

Le projet encouragera la création de réseaux de prestataires de service spécialisés, que les OP et d’autres entités pourront rémunérer pour des services importants. Le rôle du projet sera de promouvoir l’émergence de prestataires privés de services de GDTE. 

Il s’agira de : (i) rétablir la production régulière de statistiques fiables sur le secteur ; (ii) fournir des informations actualisées aux décideurs ; (iii) faciliter la consultation sectorielle sur la base d’informations et d’analyses fiables ; et, (iv) suivre l’évolution du secteur et ses impacts sur les ressources naturelles et les écosystèmes. En effet, le projet vise à soutenir le Gouvernement malien pour lui permettre de renforcer ses compétences dans la supervision, le suivi et la coordination d’ensemble du secteur agricole ; (ii) développer le dialogue entre les acteurs du secteur, notamment entre le Gouvernement et les représentants de producteurs ; (iii) assurer l’harmonisation des programmes appuyés tant par le Gouvernement que par les donateurs à travers l’établissement de mécanismes nationaux de financement et ; (iv) Passer à une approche sectorielle et préparer le Programme national d’investissement agricole (PNISA). 

Résulats atteints

La  présente note fait le point des réalisations atteintes par le Projet Gestion Durable des Terres et des Eaux (PGDTE) durant l’année 2016. Ces réalisations seront présentées par composante du projet.

Résultat PNUD-FEM 1 : Technologies de GDTE sont diffusées et adoptées et la disponibilité des services de conseil publics et privés au bénéfice des producteurs est accrue

 

Ø  Production, lancement officiel et diffusion de catalogue sur les bonnes pratiques de GDTE dans les bassins de production des céréales sèches au Mali. Ce catalogue appelé aussi boîte à outils contient trente cinq (35) bonnes pratiques GDTE structurées autour des six (6) thématiques suivantes : CES/DRS,-Agroforestières – Agronomiques- Organisationnelles - Forestières et Pastorales.

Ø  Capacités en animation et en administration des modules GDTE de 42 formateurs dont 7 femmes renforcées et constituant le vivier de formateurs des formateurs dans la zone du projet à travers l’organisation de deux (2) ateliers de formation de formateurs dans les régions de Mopti et de Sikasso.

Ø  Etablissement et signature de conventions de partenariat entre l’AEDD et les partenaires sélectionnés pour la mise en œuvre des activités du PGDTE sur le terrain. Il s’agit du Centre Régional de la Recherche Agronomique à Sikasso ; de l’ONG AMEDD à Koutiala ;  de Sahel Eco, à Mopti, de Helvetas, FENABE- Mali et  MOBIOM à Bougouni.

Ø  Réalisation d’une visite terrain par les membres du CNP dans les parcs technologiques  de Flola avec la mobilisation de FENABE MALI et sur les sites de N’Kemenin (Fosse compostière) et Kemessala II (haie vive et brise vent) avec MOBIOM. Il s’agissait pour les membres de CNP de comprendre les contraintes liées à la mise en échelle des bonnes pratiques GDTE.

 

Résultat 2 du PNUD- FEM : Un système ample de suivi des impacts agricoles sur les ressources naturelles et les écosystèmes existe et est fonctionnel

Ø  Réalisation de l’étude sur la situation de référence du projet avec détermination des indicateurs clés avec comme année de référence  2015 ;

Ø  Mise en place d’un dispositif de Suivi & Evaluation du projet avec disponibilité de la matrice de planification en suivi & évaluation, du plan de suivi des visites terrains, et des différents journaux standard et spécifiques (outils de dégradation,  d’adoption des bonnes pratiques et de réhabilitation des terres) ;

Ø  Dotation des six (6) Points focaux locaux de motos YBR 125 en vue d’accroitre leur mobilité  et performance dans le suivi des activités du projet.

 

Résultat 3 du PNUD-FEM : la Coordination du projet est assurée efficacement

 

Ø  Réalisation de 2 réunions du Comité National  de Pilotage du PGDTE en vue de l’approbation des PTBA des années 2016 et 2017 et d’une réunion extraordinaire en vue d’approuver la révision budgétaire du projet, en septembre 2016 à Sikasso en présence de Mme le Ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement Durable.

Ø  Production des rapports mensuels par les Points Focaux et le projet pour AEDD, trimestriels et annuels au compte du PGDTE./.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Mali 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe